[Guide] Comment fixer ses tarifs en freelance en 2024 ?

Sommaire

Partager l'article

1. Comprendre sa valeur est essentiel

La première étape pour fixer ses tarifs en freelance, c’est vraiment de saisir et d’apprécier à sa juste valeur ce que tu apportes à la table et c’est souvent difficile quand on se lance parce qu’on va avoir tendance à lier ce que l’on est (ÊTRE) de ce que l’on fait (FAIRE).

Et c’est 2 choses bien différentes !

Tu n’es pas juste un(e) autre prestataire sur le marché ; tu es un(e) professionnel(le) avec un ensemble unique de compétences, d’expériences et de perspectives.

Pour autant, cette valeur marchande/intellectuelle que tu apportes à ton client n’est pas liée à ta « personnalité » : pour cela, il faudra absolument que tu travailles sur ton mindset. Ta confiance en toi ne doit pas être remise en cause.

Alors oici comment tu peux y parvenir avec plusieurs points clefs 👇🏻

Tu peux identifier ta spécialité

Chaque freelance a quelque chose qui le distingue.

Peut-être es-tu un graphiste avec un talent particulier pour les identités visuelles de marque, ou un développeur web spécialisé dans les e-commerces. Quelle que soit ta niche, reconnaître et affiner ta spécialité te permettra de te positionner comme l’expert incontournable dans ce domaine.

Tu dois pouvoir évaluer ton expérience

Ton niveau d’expérience joue un rôle crucial dans la fixation de tes tarifs. Si tu débutes, tu pourrais avoir à fixer des tarifs légèrement inférieurs pour attirer tes premiers clients. Cependant, si tu as des années d’expérience ou des projets particulièrement réussis à ton actif, tes tarifs devraient refléter cette expertise. N’oublie pas de prendre en compte ton parcours professionnel, tes formations, et toute spécialisation qui ajoutent de la valeur à ton offre.

Tu dois absolument analyser les tarifs du marché

Savoir ce que tes concurrents facturent te donnera un aperçu précieux du marché. Cela ne signifie pas que tu dois simplement copier leurs tarifs, mais cela te donne un cadre de référence. Utilise des sites comme Malt, Freelancer, ou Upwork pour avoir une idée des fourchettes de prix.

Par exemple : tu peux faire une recherche sur Malt pour identifier quel TJM applique un freelance qui a la même expertise que toi, le même nombre d’années d’expérience. Ça peut te donner une idée pour savoir mieux positionner tes tarifs.

Mais garde à l’esprit que les tarifs varient considérablement en fonction de la géographie, de la spécialisation, et du niveau de service.

Tu pourrais aussi mener une enquête auprès de tes concurrents

Aller au-delà des listings de tarifs et vraiment comprendre comment tes concurrents positionnent leurs services peut t’apporter des insights précieux. Que proposent-ils qui justifie leurs tarifs ? Ont-ils des certifications ou des partenariats particuliers ? Comment articulent-ils la valeur de leur offre ? Cela peut t’inspirer pour façonner la tienne.

En bref, fais ton introspection et demandes-toi : quelle valeur apportes-tu ?

Ce point est crucial.

Au-delà de ton temps et de tes compétences techniques, quelles sont les valeurs ajoutées que tu apportes à tes clients ?

Peut-être es-tu particulièrement agile à transformer des idées vagues en concepts visuels frappants, ou tu as une capacité à simplifier des processus web complexes pour des non-initiés. Ces éléments de différenciation doivent influencer ta tarification.

2. Calcule tes coûts

Passer freelance, c’est embrasser pleinement le rôle de chef d’entreprise, et cela inclut la gestion rigoureuse de tes finances. Calculer tes coûts opérationnels est essentiel pour garantir que tu fixes des tarifs non seulement compétitifs mais aussi viables. Voici comment s’y prendre :

Comprendre tes charges fixes

Les charges fixes sont ces coûts qui ne changent pas beaucoup d’un mois à l’autre. Cela inclut :

  • Loyer de ton espace de travail : Même si tu travailles de chez toi, considère une partie de ton loyer ou de ton prêt immobilier comme un coût d’entreprise.
  • Abonnements logiciels : De nombreux freelances dépendent de logiciels spécifiques, qu’il s’agisse de suites créatives, de plateformes de développement ou d’outils de gestion de projet.
  • Assurances : Selon ta situation géographique et ton domaine d’activité, différentes assurances peuvent être nécessaires.
  • Frais de site internet et de communication : La maintenance de ton site web, l’hébergement, les services de mailing, etc.

N’oublie pas les charges variables

Les charges variables fluctuent en fonction de ton activité. Cela peut inclure :

  • Matériel : De l’équipement spécifique nécessaire à tes projets.
  • Formation : Les cours et les certifications pour rester à jour dans ton domaine.
  • Déplacements : Rendez-vous clients, conférences, ou même l’utilisation de ton domicile comme bureau (électricité, internet).

Calcule ton salaire

Déterminer combien tu veux gagner chaque mois est crucial. Ce chiffre devrait couvrir tes dépenses personnelles (loyer, nourriture, loisirs, épargne, etc.) et te permettre de vivre confortablement. C’est ce qui te motivera à continuer en tant que freelance.

Prends en compte les périodes creuses

Le freelance peut être incertain. Il y aura des mois florissants et d’autres plus calmes. Assure-toi de calculer une marge pour ces périodes creuses. Cela te permettra de rester serein(e) financièrement même lorsque le travail se fait plus rare.

N’oublie pas les impôts

Les impôts peuvent représenter une part significative de tes revenus en tant que freelance. Prends en compte non seulement l’impôt sur le revenu mais aussi les cotisations sociales. Il peut être sage de mettre de côté un pourcentage de chaque paiement reçu pour couvrir ces coûts sur un deuxième compte qui ne servirait qu’à ça.

Utilise un outil de suivi des coûts

Il existe de nombreux outils et applications conçus pour aider les freelances à gérer leurs finances. Ces outils peuvent te permettre de suivre tes dépenses, de calculer tes tarifs horaires ou par projet, et de t’assurer que tu restes profitable. Je te recommande ces outils là : Facture.net, Freebe ou encore Tiime.

3. Définir une Stratégie de Prix Flexible

En tant que freelance avec cinq ans d’expérience à mon actif, je peux te dire que l’une des clés pour réussir et attirer une clientèle variée, c’est la flexibilité de ta tarification. Au début de ma carrière, j’ai vite compris que tous les clients n’ont pas les mêmes besoins ni le même budget. Adopter une stratégie de prix flexible m’a permis de maximiser mes profits tout en satisfaisant une large gamme de clients.

Voici quelques structures tarifaires que tu pourrais envisager :

Tarifs horaires

Idéal pour les projets où le nombre d’heures n’est pas clairement défini dès le départ ou pour des tâches de consultation.

Par exemple, si tu es consultant en marketing, tu peux proposer un tarif horaire pour les sessions de brainstorming ou pour des conseils spécifiques. Encore mieux, un pack d’horaires sous forme de quota-temps.

Tarifs par projet

Cette approche convient mieux lorsque le scope du projet est bien défini. Disons que tu es développeur web : tu pourrais fixer un tarif pour la création d’un site e-commerce en fonction des fonctionnalités demandées par le client. Cela permet au client de savoir exactement combien le projet va coûter dès le départ, et à toi, de planifier efficacement ton temps et tes ressources.

Abonnements mensuels

Si tu as des clients qui nécessitent des services réguliers, comme des mises à jour de contenu ou la gestion des réseaux sociaux, envisage de proposer un forfait mensuel. Par exemple, en tant que graphiste, je propose des forfaits de design graphique qui incluent un nombre défini de créations par mois pour une tarification fixe. Cela assure une source de revenu stable et permet à mes clients de budgétiser leurs dépenses.

Comment structurer ces offres ?

La structuration de tes offres devrait se baser sur une analyse approfondie de tes coûts, du temps que tu investis, et de la valeur que tu apportes. Voici comment je m’y prends :

  1. Analyse de marché : Je commence toujours par une recherche pour comprendre ce que les autres freelances dans mon domaine offrent et à quel prix. Cela me donne un cadre de référence pour positionner mes tarifs de manière compétitive.
  2. Évaluation des besoins du client : Avant de proposer un tarif, je discute en profondeur avec le client pour comprendre précisément ses besoins. Cela me permet de recommander la structure de tarification la plus appropriée et de personnaliser mon offre.
  3. Flexibilité et transparence : Je suis toujours transparente avec mes clients sur ce qu’ils obtiennent pour leur argent et pourquoi. Si un client a des besoins qui évoluent, je suis prête à ajuster le forfait en conséquence.

Adopter une stratégie de tarification flexible ne te permettra pas seulement d’attirer différents types de clients, mais aussi de te positionner comme un freelance à l’écoute de ses clients et capable de s’adapter à divers besoins. Cela te construira une réputation de confiance et de professionnalisme dans ton domaine.

4. Gérer les Négociations de Prix

Négocier les tarifs avec les clients est une compétence cruciale que tout freelance doit maîtriser, surtout au début de sa carrière. Savoir défendre ses tarifs tout en restant flexible peut ouvrir la porte à des relations de travail à long terme et potentiellement plus lucratives. Voici comment j’aborde les négociations de prix après cinq ans d’expérience en freelance :

1. Connaître sa valeur

Avant d’entrer dans toute négociation, assure-toi de bien comprendre la valeur que tu apportes à tes clients. Cela signifie avoir une idée claire de tes compétences, de tes expériences précédentes, et de ce qui te distingue des autres. Par exemple, si tu es rédacteur web, rappelle-toi et rappelle à tes clients les retours positifs et les résultats mesurables (augmentation du trafic, engagement, conversions) que tu as générés pour d’autres projets. Connaître ta valeur te donne la confiance nécessaire pour défendre tes tarifs.

2. Préparer sa stratégie

Entre dans chaque négociation avec un plan. Détermine à l’avance quel est le tarif minimum acceptable pour toi et quelles concessions tu es prêt à faire. Par exemple, tu pourrais accepter un tarif légèrement inférieur si le projet garantit un volume de travail régulier ou l’opportunité de travailler avec une entreprise renommée qui pourrait valoriser ton portfolio.

3. Écouter le client

Une bonne négociation est celle où les deux parties se sentent entendues. Prends le temps d’écouter les préoccupations de ton client concernant les prix. Cela peut te donner des indices sur ce qu’il valorise le plus dans ton service et t’aider à adapter ton offre en conséquence. Si un client hésite à cause du coût, peut-être peux-tu ajuster le scope du projet ou offrir des options plus économiques sans compromettre la qualité de ton travail.

4. Communiquer clairement et professionnellement

Lorsque tu discutes des tarifs, sois clair et professionnel. Explique pourquoi tes tarifs sont fixés à ce niveau, en te basant sur les aspects logistiques et qualitatifs de ton offre. Par exemple, si tu es développeur, tu peux expliquer que tes tarifs incluent non seulement le codage, mais aussi la gestion de projet, les tests et le support après déploiement.

5. Proposer des solutions créatives

Si un client ne peut pas se permettre tes tarifs mais que tu souhaites vraiment travailler avec lui, propose des solutions créatives. Peut-être peux-tu offrir un paiement échelonné ou un package de services allégé. Ces solutions montrent que tu es flexible et axé sur les solutions, tout en protégeant la valeur de ton travail.

6. Savoir quand dire non

Finalement, il est important de savoir quand dire non. Si un client insiste pour des tarifs bien en dessous de ta limite acceptable ou si ses demandes sont irréalistes, il est parfois préférable de refuser poliment. Travailler pour moins que ce que tu vaux peut non seulement nuire à ta motivation, mais aussi dévaluer ton travail sur le long terme.

En adoptant ces approches lors de la négociation des prix, tu te positionneras non seulement comme un professionnel confiant et respectueux, mais tu ouvriras aussi la voie à des collaborations fructueuses et respectueuses de ta valeur en tant que freelance.

En conclusion : entrer dans le monde du freelancing est une aventure passionnante qui demande autant de préparation que de persévérance.

Fixer ses tarifs de manière stratégique est crucial pour assurer non seulement la viabilité de ton activité, mais aussi pour témoigner de la valeur réelle de ton travail (ça se fera avec le temps, sois indulgent(e) envers toi-même) . En comprenant ta propre valeur, en calculant précisément tes coûts et en adaptant ta tarification aux divers besoins des clients, tu t’établiras comme un professionnel compétent et fiable (il ne suffit pas d’être un freelance expert pour être un bon freelance, les compétences business sont un vrai socle sur lequel tu peux te reposer)

Enfin, la négociation, partie intégrante du processus, te permettra de forger des relations durables tout en préservant l’intégrité de ton offre. Garde en tête ces conseils et utilise les comme fondations pour bâtir une carrière florissante en freelance, adaptée à tes aspirations et tes besoins.

Moi, c'est Sara 👋🏻

J’ai créé Matrice Freelance pour former et coacher les femmes (et aussi les hommes) en reconversion professionnelle à se lancer en freelance.

Mon but ? T’aider à structurer ton business, travailler sur ton mindset et trouver tes premiers clients et ne plus jamais regarder en arrière ;-)

Télécharge la Checklist™️
FREEBIE Checklist Micro Entreprise